Couteau Japonais

Les amateurs de cuisine cherchent généralement à avoir des couteaux les plus efficaces. Les couteaux japonais sont particulièrement appréciés. En effet, l’efficacité, la beauté et la finesse du couteau de cuisine japonais ne sont plus à prouver.

Les couteaux de cuisine japonais : une histoire d’un héritage ancestral

Évolution exceptionnelle du katana, le couteau japonais trouve l’origine de sa lame dans l’efficacité du sabre japonais. En effet, les forgerons japonais ont conçu à travers les âges des épées de plus en plus tranchantes et fines. Ainsi, le katana est devenu l’arme parmi les plus efficaces de l’histoire.

D’autre part, cette efficacité s’est trouvée également dans la lame unique du couteau de cuisine.

Cependant, le passage du katana au couteau de cuisine japonais est lié directement à la proclamation du Haitōrei en 1871 (» interdiction des Katana). Ainsi, les samouraïs ne pouvaient plus s’habiller en tenue traditionnelle ou porter leurs sabres. D’où, les forgerons japonais se trouvèrent dans une situation précaire. Alors, ils optèrent pour appliquer l’art des katanas aux couteaux de cuisine. Ainsi, les couteaux japonais ont vu le jour.

De nos jours, ces couteaux artisanaux sont un véritable art de la cuisine au Japon. En effet, leur utilisation s’est propagée progressivement au monde entier, par les chefs et les amateurs en cuisines.

Les différents types de lames des couteaux japonais

Avant de s’intéresser aux différents types de couteaux japonais, il est important de faire le point sur les 2 types de lames du couteau japonais. En effet, la lame acier peut être faite de Shiroko ou d’Aoko.

L’acier blanc Shiroko

Combinaison de carbone et de fer, le Shiroko est le plus utilisé pour la fabrication des lames tranchantes des couteaux japonais.

L’acier bleu Aoko

L’Harmonium et le Tungstène ajoutés au fer et au carbone procurent aux lames acier des couteaux japonais une longue vie.

Quel couteau japonais choisir ?

La cuisine japonaise regorge de différents couteaux professionnels, dont chacun effectue une fonction bien précise.

Le Santoku

Ce couteau universel japonais permet un multi-usage comme trancher, découper et hacher. D’ailleurs, il est utilisé pour les différentes pratiques de cuisine.

Le Nakiri bocho et Usuba bocho

Respectivement couteau à légumes et couteau à fruits, ces couteaux japonais se différencient par leur épaisseur et longueur de la lame.

L’Udon kiri et le Soba kiri

Couteaux japonais pour découper les pâtes. En effet, l’Udon kiri sert à découper les pâtes Udon ; et le Soba kiri pour la découpe des pâtes Soba.

Le Debahocho

Couteau japonais de poissonniers, le Deba peut également servir pour lever le filet de poisson.

Couteaux pour le Poisson et Sashimi

  • L’Unagisaki hocho : couteau japonais de découpe de l’anguille
  • Les Maguro bocho et Oroshi hocho pour découper le thon
  • Les couteaux sashimi, ou le yanagiba, pour réaliser des tranches de poisson cru
  • Le Tako  hiki pour la découpe de pieuvre
  • Le Fugu hiki pour lever et découper le filet du Fugu

Le Gyoto, le Honesuki et le Garasuki

Couteau japonais de bœuf, le Gyoto est le couteau de chef japonais.

En effet, ce couteau se caractérise par une lame plate et de la précision de sa lame.

D’ailleurs, le Gyoto est généralement utilisé pour la découpe de la viande et pour émincer des pièces volumineuses.

Or, le hanesuki, comme le Garasuki, est un couteau à désosser. Ils permettent le désossage de volailles.

L’entretien de votre couteau japonais

Contrairement aux lames en inox, les lames en carbone nécessitent de l’entretien et un aiguisage régulier. Ainsi, vous conservez une lame tranchante et bien affûtée.

D’ailleurs, l’aiguisage des couteaux japonais s’effectue grâce à des pierres, dont le grain est très fin. Si votre couteau japonais est parfaitement aiguisé, sa lame tranchera une feuille de papier journal d’une manière nette et sans déchirure. En effet, c’est une qualité convoitée par tous les autres types de couteau, particulièrement le couteau de chasse.